samedi 1 octobre 2011

Le SICFOR devant le Conseil Economique et social : des pistes pour améliorer la formation professionnelle continue


Le Conseil Economique et social a invité le Syndicat des Indépendants formateurs et Consultants (SICFOR) le 28 septembre pour présenter des propositions sur l'avenir de la formation professionnelle.
Voici les grands traits de l'intervention.

Le constat d'un désintérêt face à la Formation
Le SICFOR pointe le désintérêt de l'Etat pour la Formation continue depuis la réforme de 2009. Le dispositif est pervers, dans les faits, les PME financent les plans de formation des grandes entreprises, ce qui les décourage. Les entreprises n'investissent donc plus la formation comme un investissement à long terme, se contentant d'optimiser l'adaptation au poste de travail.
la réforme de 2009 a introduit une confusion entre le Droit individuel à la formation (DIF) qui renvoie à l'école de la deuxième chance (et intéresse donc un public peu qualifié) et la Formation professionnelle, destinée au maintien et au développement des compétences dans une évolution technologique rapide.
Le DIF est un" rendez vous manqué" : l'information n'est pas assurée auprès des salariés ni par les entreprises ni par les représentants des salariés ; il est donc trop souvent détourné de son objectif (financement du plan de formation par exemple).
Enfin les Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA), chargés de la collecte et de la répartition des fonds de la Formation continue "sont dans la tourmente" : ils ont très fortement diminué les financements intra-entreprises.

5 propositions pour évoluer
1) Passer de la logique "offre de formation" à celle de "réponse au besoin de formation".
2) distinguer "Droit à la Formation" et "Formation professionnelle"
3) Centrer le dispositif sur les personnes et non sur leur statut social
4) Réorienter les financements mutualisés vers le subventionnement de projets formatifs : la mutualisation ne profite pas à ceux qui en ont le plus besoin, les fonds doivent aussi financer l'analyse des besoins, le diagnostic et l'élaboration de réponses formation
5) Redonner une âme au DIF pour le remettre dans la perspective de promotion sociale qui est son origine. le SICFOR préconise quil soit géré par un organisme indépendant et non plus au sein de l'entreprise.

Voir l'intégralité du document :
http://www.sicfor-fcf.org/docs/11_09_28_sicfor_fcf_audition_cese.pdf?v=201193017558

Aucun commentaire:

Publier un commentaire